Les ficelles sont de petits ouvrages de quelques pages, souvent imprimés sur du mauvais papier, parfois enrichis de gravure sur bois, que les colporteurs des siècles passés vendaient au cours de leurs pérégrinations, fréquentant les foires et parcourant les maisons, essentiellement en milieu rural.

Cette littérature dite «de colportage » consistait pour l’essentiel en des almanachs, recettes de cuisines, conseils domestiques ou agricoles, livrets pieux, prières, poèmes, chansons, contes…

« Ficelle » parce que reliée par un bout de ficelle accroché à la «balle» du camelot.